Le prince disparu – Frances Hodgson Burnett

Le prince disparu

Résumé : Exilé de Samavie, Marco Loristan habite à Londres avec son père, Stefan, dans un appartement miteux. Père et fils sont patriotes ; tous deux rêvent d’un retour à l’âge d’or de Samavie, avant la mystérieuse disparition du jeune prince et le début de la guerre qui déchire le pays depuis cinq cent ans. Lorsqu’il n’étudie pas, Marco sillonne la ville de Londres en compagnie d’une bande de gamins des rues et s’invente leader de la révolution samavienne. Mais le jeu devient réalité lorsque son père lui confie une mission secrète : avec son ami le Rat, il devra parcourir l’Europe afin de transmettre un signal aux rebelles samaviens qui conspirent pour renverser le dictateur au pouvoir. Commence alors un dangereux périple destiné à remettre sur le trône l’héritier du prince disparu…

Mon avis :

J’ai quatre livres de l’auteur et celui-ci est le deuxième que je lis. Ceux qui me connaissent savent que le premier ne peut être qu’ « une petite princesse ».

L’histoire se passe à une époque imprécise, même si on se doute que ce n’est pas un récit d’aujourd’hui. Une guerre a eu lieu il y a 500 ans en Samavie et le prince de ce pays a disparu. On l’a cru mort mais des rumeurs le concernant ont montré le contraire. Le récit commence donc 500 ans après ces évènements Marco est un jeune garçon élevé par son père, Loristan. Ils vivent tous les deux avec un homme nommé Lazare. On voit bien que leurs conditions de vie sont difficiles : peu de nourriture, des vêtements rapiécés et un environnement précaire. Malgré leurs conditions de vies ils s’estiment chanceux. A les voir on ne remarque pas leur pauvreté. Tout bascule lorsque Marco fait la connaissance d’un garçon qui se surnomme « Le Rat ». Les deux garçons deviennent amis et un jeu naît entre eux, jeu qui devient réalité. Peu à peu ils vont vivre des aventures, partir dans des endroits étrangers et découvrir tout ce dont ils rêvaient, tout ça pour une nation, la Samavie. Alors oui je fais un résumé mais j’aurai du mal à vous en dire beaucoup sans dévoiler l’intrigue principale. Même si j’ai deviné l’issue du roman j’ai beaucoup aimé suivre les aventures de ces deux jeunes garçons à travers leurs jeux mais aussi à travers leurs voyages. Je trouve par contre que ce roman n’est pas adapté aux plus jeunes, contrairement à Une petite princesse, il faut plus de maturité pour le lire.

Concernant les personnages j’ai adoré Marco. Il est un jeune garçon attachant, sérieux, mâture et plein d’admiration pour son père. Il a beaucoup de courage, il est un héros, au sens premier du terme, cela ne fait aucun doute. Ensuite il y a son père Loristan, il paraît très froid et distant mais on sait qu’il aime son fils plus que tout. Il est la générosité même et est prêt à tout pour aider les autres. Lazare, qui vit avec eux est un personnage secondaire mais qui prend de l’ampleur vers la fin du roman, un personnage discret mais qui n’en est pas moins important. Puis il y a « le Rat » au début je me disais qu’il n’était qu’un jeune garçon des rues, un peu brute et qui ne veut rien apprendre mais au fil du roman il dévoile une autre facette beaucoup plus intéressante. Comme Marco il montre beaucoup de courage.

Concernant l’écriture je l’ai beaucoup aimée. Il y a de nombreuses descriptions, des dialogues bien construits, un respect par rapport aux dialogues et aux niveaux de vies des personnages. Toutefois, je pense que c’est le niveau d’écriture qui empêcherait certains enfants de pouvoir lire ce livre, sauf ceux qui sont déjà lecteurs.

En quelques mots : Une très belle découverte. J’ai adoré découvrir les aventures de Marco au travers de ses rêves et de sa vie. Des personnages bien construits et une écriture travaillée pour un roman jeunesse captivant.

Weekend a mille

Bonjour à tous,

Ce weekend c’est le weekend à mille et je compte y participer.  Pour savoir en quoi consiste le weekend à mille je vous laisse le lien du blog de l’organisatrice Lili Bouquine. Alors honnêtement c’est un peu en mode « je m’y prend au dernier moment ». Je ne pense pas réussir à lire 1000 pages mais du moment que j’avance dans mes lectures.

Concernant ma PAL j’avoue hésiter beaucoup parce que y’a tellement de livres que j’ai envie de lire.

J’ai quelques BD empruntées à la médiathèque :

          Undertaker Tome 1 et 2

          La tristesse de l’éléphant

Ensuite j’aimerai piocher dans ces romans :

          Suis-moi Sophia

          Un coupable presque parfait

Je vais aussi commencer aujourd’hui Les clans Seekers tome 1. J’ai de quoi piocher dans tout et je pense que rien qu’avec les BD (c’est un peu de la triche mais il faut que je les rende la semaine prochaine..) je peux approcher des mille pages.

Bon weekend et bon challenge à ceux qui participent !

Miss Elody

Dimanche 10h30

J’ai lu les trois BD qu’il faut que je rende donc : 192 pages. Ensuite j’ai commencé Les clans Seekers, j’en ai lu 40 pages et j’ai en lecture parallèle Un coupable presque parfait. J’en ai lu 110 pages. J’ai pas trop eu le temps de lire comme la reprise du travail est pour la semaine prochaine je fais du rangement ménage… surtout ce qu’on ne fait pas tout le temps. Donc pour l’instant en tout j’ai lu 342 pages. Je sais que je n’arriverai pas à mille pages mais le principal c’est que je suis contente de pouvoir lire quand je peux ^^

Ma cousine Rachel – Daphné du Maurier

Ma cousine Rachel

Résumé : Philip, sans la connaître, déteste cette femme que son cousin Ambroise, avec lequel il a toujours vécu étroitement uni dans leur beau domaine de Cornouailles, a épousée soudainement pendant un séjour en Italie. Quand Ambroise lui écrira qu’il soupçonne sa femme de vouloir l’empoisonner, il le croira d’emblée. Ambroise mort, il jure de le venger. Sa cousine, cependant, n’a rien de la femme qu’imagine Philip. Il ne tarde pas à s’éprendre d’elle, à bâtir follement un plan d’avenir pour finir par buter sur une réalité de cauchemar.

Mon avis :

J’ai découvert il y a peu Rebecca du même auteur et je n’ai pas résisté à lire un second roman, d’autant plus qu’une série va sortir (par la BBC il me semble.. rien que ça ..).

L’histoire se déroule en Angleterre, en campagne. Philip est élevé par son cousin Ambroise. Ils sont devenus très proches. Ambroise va en Italie et Philip va être abasourdi d’apprendre que son cousin s’est marié. Peu de temps après son cousin va mourir et Philip va développer une haine contre la femme de son cousin. J’ai beaucoup aimé ce début de roman qui est prenant, on découvre les deux personnages principaux puis peu à peu l’arrivée de la veuve d’Ambroise. On est sous le point de vue de Philip aussi peu importe ce qui se passe on est assez influencé par lui. Toutefois, certaines de ses réactions et son comportement était opposé à ce que moi je pensais. Je pense que c’est la jeunesse du personnage qui le rend assez vulnérable et crédule. Au début l’histoire est assez calme, prévisible puis peu à peu une fois que Rachel fait son apparition, l’ambiance change. Je n’ai pas arrêté d’avoir plusieurs scénarios dans la tête, comme pour Rebecca. Par moments l’histoire nous surprend mais j’avoue avoir été moins étonnée par le dénouement que dans Rebecca. Toutefois j’ai adoré cette histoire qui est prenante du début à la fin, avec une ambiance pesante et mystérieuse.

Concernant les personnages, Philip, qui est le personnage principal, est jeune au début (je crois 19 ans). On le voit peu à peu mûrir mais je le trouve assez crédule et naïf. Il sait être responsable concernant son domaine et ces habitants mais pour d’autres choses il est très jeune. Il m’a agacé dans ses réactions mais je l’ai quand même trouvé attachant. Ambroise, son cousin, est un homme responsable, il fait tout ce qu’il peut pour son domaine son entourage et Philip. Difficile de comprendre son mariage précipité. Puis il y Rachel, qui est une femme dont on a du mal à donner un âge, même si avec son passé on peut en avoir une idée approximative.  Elle est très mystérieuse et elle me fait un peu penser à un personnage de roman gothique (avec l’ambiance du roman). Je ne dirai rien de plus et vous laisse découvrir le roman..

Concernant l’écriture j’ai adoré. Même s’il s’agit d’une traduction. On ressent bien le côté historique, pas d’époque marquée mais divers détails qui nous permettent de s’en faire une idée : les décors, les objets et les dialogues. Au début une ambiance calme et sereine puis peu à peu une tension et le mystère s’installent. J’adore l’ambiance de ce roman !

En quelques mots : Un coup de cœur pour cette deuxième lecture de l’auteur. Une ambiance mystérieuse, des personnages travaillés et une histoire prenante du début à la fin.

La passe-miroir tome 2 : Les disparus du Clairdelune – Christelle Dabos

La passe miroir tome 2

Résumé : Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Mon avis :

J’avais emprunté le premier tome à la médiathèque et là je n’ai pas pu résister à l’envie d’acheter ce second tome.  Je pense avoir même préféré ce second tome au premier c’est pour moi un coup de cœur !

L’histoire et l’univers sont très développés dans ce second tome. L’auteur avait déjà inventé un univers riche dans le premier tome et cela se confirme dans celui-ci. La fin du premier tome laissait présager de nombreuses aventures dans ce second tome et je n’ai pas été déçue. Même si les décors, les lieux et plein d’autres choses sont inventées d’autres sont semblables à notre histoire. Ici, Ophélie est en plein milieu de complots, comme ceux qu’on a connu dans notre Histoire, je pense d’ailleurs à la célèbre affaire du Collier, et ici on a vraiment cette impression. La cour, les règles qu’on doit suivre, l’étiquette tout y est. Ophélie n’est pas libre de ses mouvements et elle doit être au milieu de la scène, difficile pour elle qui est une jeune femme timide, maladroite détestant être le centre de l’attention. J’ai adoré le mélange historique et inventé. Ensuite il y a une enquête plus poussée sur les personnes disparues et Ophélie veut à tout prix trouver ce qui se passe et retrouver ces personnes. L’histoire devient assez sombre avec des menaces qui planent. S’ensuit alors de nombreuses péripéties. Je n’ai pas envie de rentrer dans les détails pour ne pas vous spoiler mais tout ce que je peux dire c’est qu’il y a encore plus dans ce second tome d’actions et de questions qu’on se pose. La fin donne très envie d’avoir la suite sous la main !

Concernant les personnages j’ai adoré retrouver Ophélie. Elle est toujours aussi attachante et maladroite. Forcément j’ai beaucoup ri et je la comprends totalement. Ensuite il y a Thorn, qui reste toujours mystérieux, par contre on en apprend un peu plus sur lui dans ce second tome mais de nombreuses questions demeurent sans réponse.. Les autres personnages déjà présents dans le premier tome sont toujours aussi bien décrits et construits. Ils prennent même plus d’importance pour certains.

Concernant l’écriture. Là encore c’est un des points forts de l’auteur. Quel univers ! Des descriptions, très riches mais pas redondantes, une imagination débordante. Des dialogues bien construits chaque personnage a son langage et sa manière d’être. Un travail de titan sur l’écriture !

En quelques mots : Un coup de cœur pour ce second tome encore plus riche avec un univers très développé. Que d’aventures et la fin laisse présager un troisième tome dans la lignée de celui-ci. Il me tarde de le lire !

 

 

 

L’amour caché de Charlotte Brontë – Jolien Janzing

L'amour caché de Charlotte Brontë

Résumé : En 1842, Charlotte et Emily quittent le Yorkshire natal pour parfaire leur français à Bruxelles. L’arrivée dans la capitale belge est un choc pour les deux jeunes femmes. D’un naturel exalté et curieux, Charlotte rêve d’y conquérir sa liberté. Sur place, elle fait la connaissance de Claire Heger, la directrice du pensionnat où elle et Emily sont hébergées, et de Constantin, son époux, qui y enseigne la littérature. Charlotte voit en cet homme le symbole de l’intelligence et de la virilité. Ce maître, qui joue de son pouvoir sur ses jeunes élèves, devient vite l’objet de ses fantasmes, tant intellectuels, physiques que sentimentaux. Le retour à Haworth est rude, d’autant qu’avant son départ Constantin lui a avoué qu’il partageait ses sentiments. Charlotte n’a dès lors qu’une idée : retourner à Bruxelles pour vivre sa passion, quitte à s’y consumer…

Mon avis :

Ce livre me tentait depuis sa sortie. J’aime beaucoup les romans des sœurs Brontë mais aussi l’histoire de leur vie, que je connais assez peu je dois dire. Je l’ai lu en lecture commune avec Julie de Les petites lectures de Scarlett (cliquez sur le titre de son blog pour voir sa chronique.)

L’histoire se base sur des faits réels : Charlotte et Emily quittent l’Angleterre pour aller parfaire leur français dans une école en Belgique. Le roman démarre par la préparation du voyage, puis le voyage en lui-même et après on suit l’installation et tout ce qui se passe ensuite. Après entre la réalité et la fiction difficile de  savoir, mais la majeur partie du roman est sûrement inventée. J’ai beaucoup aimé ce mélange entre fiction et réalité, on ne sait pas où la fiction s’arrête et on a parfois envie que la fiction soit vraie. J’ai beaucoup aimé découvrir leur quotidien dans un pays inconnu. Honnêtement je ne pense pas que je pourrai être 24H/24 entourée de plusieurs personnes, avoir des inconnus qui dorment à côté de moi, aucun moment d’intimité. Difficile de s’habituer à des usages qui sont totalement différents : les repas, la manière de parler, la langue … D’ailleurs à plusieurs reprises les sœurs Brontë sont raillées pour leur froideur qui n’est qu’en fait la classe anglaise, que voulez-vous les étrangers ne comprennent pas.. Emily ressent parfaitement tout cela et c’est très bien exprimé dans le roman. Charlotte, elle, est totalement subjuguée par son professeur et le reste ne l’intéresse pas. Petit à petit on voit Charlotte tomber amoureuse et se métamorphosée complètement, je ne sais pas si elle était réellement comme ça mais j’ai un sérieux doute. Toutefois, cela ne m’a pas empêchée de passer un excellent moment de lecture. Une autre histoire est en parallèle celle du roi Léopold et une de ses aventures, où est l’intérêt de développer cette histoire? Certes cela amène un peu de réalisme à l’histoire mais l’intérêt est toutefois bien mince..

Concernant les personnages j’avais l’impression d’avoir en face de moi les vraies personnes telles que je les imagine. Pour moi Charlotte est à la fois rêveuse mais aussi les pieds sur terre, elle a son univers mais sait se fondre dans la masse. Comme elle le dit elle est très quelconque et ça lui permet de passer inaperçue. Emily, quant à elle, est très renfermée parfois même impolie envers les personnes qui l’entourent. Elle est totalement dans son monde et se moque des gens extérieurs à sa famille, pour elle, ils n’ont aucune valeur. Je la comprends dans un sens mais je pense qu’elle est bien trop renfermée, ça se ressent beaucoup dans le roman. Ensuite il y a Branwell, leur frère qui est peu présent, mais de ce que j’ai lu il est assez porté sur la bouteille, fainéant mais il aime sa famille. Pour Anne je ne peux rien dire car elle était vraiment trop peu présente. Il reste Mr Constantin Heger, il est un homme cultivé mais je ne l’ai pas aimé dès le début, j’ai ressenti qu’il jouait beaucoup de son autorité et de son statut de maître, ce qui m’insupporte ! Quant à sa femme je l’ai trouvée assez gentille mais elle a beaucoup de caractère et ne se laisse pas faire (elle a bien raison !). Par moments j’ai eu un peu de peine pour elle.

Concernant l’écriture, j’ai beaucoup aimé les descriptions et les dialogues qui sont bien construits. On retrouve le vocabulaire du XIXème siècle mais j’ai trouvé que le vocabulaire manquait peut-être un peu de recherche.. Toutefois, ça ne gêne pas la lecture. On ressent bien le fossé qu’il y a entre les conventions anglaises et celles, peu existantes, en Belgique. Comme quoi la notion de classe (ouvrière, nobles..) n’est pas la même dans chaque pays.

En quelques mots : Un très bon moment de lecture. J’ai beaucoup aimé découvrir ce moment de la vie des sœurs Brontë même au travers d’une fiction. Toutefois, certaines réactions de Charlotte et l’autre histoire en parallèle ont un peu gâché le roman..

La petite boulangerie du bout du monde – Jenny Colgan

La-petite-boulangerie-du-bout-du-monde_9712

Résumé : Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir de zéro ? Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie…

Mon avis :

J’ai entendu parler de ce roman depuis un petit bout de temps (non pas de jeux de mots avec « petit bout ») et j’ai pu le découvrir car dans ma famille on se prête le roman. J’aime ce principe et ça nous arrive de temps en temps, nous sommes assez lecteurs dans ma famille.

L’histoire se passe de nos jours, au début elle démarre à Plymouth, en Angleterre,(ville que j’ai eu la chance de visiter et qui est juste sublime) puis sur une petite île. On imagine facilement l’endroit qui semble hors du temps, un endroit où les gens se connaissent et où ils vivent en communauté. Ce roman m’a un peu fait penser à Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates pour le côté campagne anglaise. On suit Polly, une trentenaire, qui repart de zéro dans sa vie. On la suit dans son installation, dans ses choix et les rencontres qu’elle fait. J’ai adoré ce roman qui est pour moi un coup de cœur entre les personnages, l’histoire (celle un peu légère et celle plus dramatique), les lieux et .. tout en fait. On s’imagine facilement vivre avec eux sur cette île (même si en vrai je ne pourrai pas habiter sur une île sauf l’Angleterre !).

Concernant les personnages afin d’éviter de spoiler j’en parlerai que brièvement. Polly, qui est le personnage principal, est attachante, drôle et simple. Toutes les lectrices peuvent s’identifier à elle à un moment de leur vie. Qui n’a jamais rêvé de repartir à zéro ? Ensuite il y a sa meilleure amie,.. , qui semble superficielle mais qui a un cœur en or. Et pour finir il y a Mrs Manse, personnage incontournable du roman on l’aime ou pas mais au fur et à mesure du roman on apprend à la connaitre. Ce roman nous offre de nombreux personnages avec tous un caractère défini mais je veux vraiment vous laisser la surprise car il faut absolument que vous le lisiez !

Concernant l’écriture, elle est très fluide. On tourne les pages à grande vitesse. Les descriptions sont travaillées et il n’est pas difficile de s’imaginer sur cette île.

En quelques mots : Un coup de cœur pour cette île perdue où on rencontre une panoplie de personnages tous intéressants et attachants.

Anne et la maison aux pignons verts – Lucy Maud Montgomery

anne et la maison aux pignons verts

Résumé : Sur le quai de la gare, Matthew attend l’orphelin qui doit les aider, sa sœur Marilla et lui, à la ferme. Mais c’est une petite rouquine aux yeux pétillants qui se présente… N’ayant pas le cœur de la renvoyer, Matthew la ramène à Avonlea. Extrêmement attachante, Anne va rapidement séduire son entourage par son courage, sa détermination et sa débrouillardise.

Mon avis :

Je remercie les Editions Zethel pour l’envoi de ce livre.

J’avais déjà lu ce roman étant enfant et je l’avais beaucoup aimé, mes souvenirs étaient un peu flous et ça a été un véritable plaisir que de redécouvrir ce roman qui est toujours un gros coup de cœur pour moi !

L’histoire se passe dans la campagne à Avonlea (nom de village déjà charmant n’est-ce pas ?). C’est un village assez paisible où on rencontre tout ce qu’on trouve dans chaque village : une commère, des gens bienveillants, des pasteurs donneurs de leçons etc.. on peut se croire un peu dans la petite maison dans la prairie c’est vrai. Le roman commence avec la venue, non désirée, d’Anne, chez Matthew et Marilla qui sont frères et sœurs et ne se sont jamais mariés. Dès les premières lignes j’ai adoré ce roman. J’ai  eu de nombreux fous rires, j’ai aussi été triste, j’avais l’impression de faire aussi partie de la vie de ces personnages. On suit Anne sur une période assez grande de ses 11 ans à ses 17 ans à peu près. Au début elle est une enfant très bavarde et pleine d’imagination. Il est vrai que le fait qu’elle soit rousse ne l’aide pas et lui donne l’impression d’une injustice étant enfant. Elle se met dans des situations rocambolesques et on est obligé de rire tellement la situation est invraisemblable. Je ne vais pas vous raconter tout ce qui lui arrive car honnêtement il vaut mieux le lire, sinon cela enlèverai un certain charme à votre lecture. Peu à peu Anne grandi et elle change aussi. Moins de situations comiques mais toujours autant de charme dans ce roman. C’est un roman feel-good (comme le dit la quatrième de couverture).

Concernant les personnages, il y a bien sûr Anne, l’héroïne. Au début elle est une incroyable pipelette, elle peut parler des heures sans s’arrêter, cela pourrait être ennuyeux mais non car elle a toujours une imagination débordante qui fait qu’on aime ce qu’elle dit. Elle est courageuse, drôle, intelligente, une vraie héroïne de roman. Ensuite il y a Matthew  qui est un personnage très effacé mais qui serait prêt à tout pour Anne qu’il considère comme sa fille. Marilla, elle aussi aime Anne comme une fille mais elle se fait la voix de la raison. Elle essaie par tous les moyens de temporiser le caractère fougueux d’Anne. Marilla semble un peu brute mais elle montre une autre facette au fil du roman. Puis il y a Diana, comment ne pas parler de la meilleure amie qui est comme une sœur d’Anne (en fait Anne pourrait me reprendre en disant que leur amitié est bien plus que cela). Diana est un peu l’opposé d’Anne sur certains points, elle est calme, posée et n’a guère d’imagination mais au final leur amitié prend forme car elles ont de nombreux autres points communs.

Concernant l’écriture, j’aime beaucoup les descriptions qui sont complètes sans être lourdes. L’humour est omniprésent dans l’œuvre parfois très subtile selon certaines situations et d’autres où le fou rire est garanti.

En quelques mots : Un coup de cœur pour ce roman jeunesse plein d’émotions. Anne est un personnage attachant, plein de vie qui m’a beaucoup fait rire.