Article mis en avant

Terre de brume t 1 – le sanctuaire des Dieux – cindy Van Wilder

Terre-de-brume

 

Résumé : Depuis l’enfance, Héra vit dans le Sanctuaire des Prêtres de l’Eau,où elle apprend à maîtriser sa magie pour devenir guerrière. Au cours d’une mission elle rencontre Intissar, une sœur de Feu venue avertir les habitants d’un terrible danger. Mais il est déjà trop tard : une vague de Brume,peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, frappe le sanctuaire. Et elle frappera encore.

J’avais lu le premier tome des Outrepasseur de Cindy Van Wilder que j’avais moyennement aimé (oui je fais partie de la minorité). Ici, ce livre est plus court et donc moins détaillé. Je l’ai lu dans le cadre du PLIB 2019.

L’histoire se passe à une epoque non définie dans un univers fantastique. Il existe 2 sanctuaires : celui de l’Eau et celui du Feu. Héra est retrouvée petite par un homme, Pylos. Sa mère meurt et confie Héra à Pylos. Héra intègre le sanctuaire de l’Eau. Un jour, Intissar qui est dans le sanctuaire du Feu va prévenir celles du sanctuaire de l’Eau qu’une vague de Brume va s’abattre sur elles. S’ensuit de nombreuses péripéties qui vont permettre aux deux jeunes filles d’apprendre à se connaitre et à connaitre réellement leur monde et les personnes qui les entourent.

J’ai bien aimé ce premier tome qui m’ réconciliée avec l’autrice. J’ai aimé suivre les 2 personnages féminins et leurs aventures. Le seul bémol c’est que j’ai trouvé ce premier tome assez court (moins de 300 pages) et j’aurai aimé en lire plus. Il reste finalement assez introductif le temps de la mise en place de l’univers avec principalement les caractéristiques des deux Sanctuaires et des supérieurs. Certains évènements qui sont arrivés m’ont surprise je ne m’attendais pas à ces retournements de situation. J’ai envie d’en découvrir plus sur ces personnages et leurs aventures, je lirai la suite avec plaisir.

Article mis en avant

Phobos tome 2 – Victor Dixen


Résumé : Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d’avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boite de Pandore du passé.

Mon avis :

Attention spoilers pour ceux qui n’ont pas lu le premier tome !!

J’avais beaucoup aimé le premier tome que j’ai trouvé original sur la trame de fond : emmener 12 personnes sur Mars. J’ai aimé ce deuxième tome mais un peu moins. Alors peut-être parce qu’il n’y a pas eu d’élément de surprise vu que je connaissais déjà l’univers. Mais ce qui m’a surtout déçue dans ce tome c’est les relations amoureuses des personnes. Certes, dans la navette ils ont eu des speed-dating et commencent à se connaitre mais j’ai trouvé que les relations amoureuses prenaient des proportions trop importantes face à l’histoire elle-même. Pour moi, ce roman est intéressant avec son univers et les dangers ainsi que les doutes qui subsistent concernant la vie sur Mars. Heureusement, il y a eu quelques rebondissements avec deux nouveaux personnages qui vont pendre de l’ampleur, nouveau dans le sens où dans le premier tome ils n’avaient que très peu d’importance. Il y a pas mal de retournements de situations et malgré les histoires d’amour je ne me suis pas ennuyée dans ce second tome, j’ai hâte de découvrir la suite. La fin laisse un suspens et des attentes pour le troisième tome. Heureusement, il est dans ma PAL !

Concernant les personnages je ne vais pas m’étendre mais ils restent fidèles à leur personnalité dans le premier tome. Même si je trouve que certains deviennent un peu mièvres (Mars ? on s’en fou tant qu’on peut s’aimer.. bref.. honnêtement qui penserait qu’à ça en arrivant sur une planète totalement inconnue ?!) Alors je pense que ce sujet est mis en avant pour plaire aux adolescents mais les ados ne pensent pas qu’à ça je pense, enfin j’espère. Léonor a des côtés qui m’agacent par moments surtout comme pour les autres lorsqu’elle fond d’amour pour Marcus et que tout est beau et rose avec lui lorsqu’elle est dans ses bras blablabla… Mais elle a un côté réfléchi et essaie sincèrement de tout comprendre et d’être prudente, heureusement qu’elle est là parce qu’avec certains ils n’iraient pas loin..

Concernant l’écriture j’ai aimé les schémas que l’auteur a inséré dans l’histoire, cela permet d’être plus immergé dans le roman et l’univers. Parce que dans ce tome on arrive dans un univers totalement inconnu : la navette et la vie sur Mars. Je ne suis pas assez calée en science pour m’étendre sur ce qu’on sait sur Mars mais là je pense qu’il y a quand même de nombreux éléments inventés mais ils ne semblent pas si absurdes que ça et à mon avis l’auteur s’est renseigné dans ce domaine.

En quelques mots : Une bonne lecture malgré des relations amoureuses qui prennent trop d’ampleur. Un univers intéressant et un suspens qui donne envie de lire la suite.

Article mis en avant

La fille qui aimait les abeilles – Santa Montefiore


Résumé : 1973. Trixie Valentine est amoureuse du leader d’un groupe anglais de rock qui passe l’été sur la petite île au large de Cape Cod (Massachusetts) où elle a grandi. La jeune femme en a assez de sa vie isolée, et rêve des grandes villes du monde. Elle a prévu de quitter l’île à l’automne avec Jasper ; après tout, elle ne veut pas finir comme sa mère, Grace, qui s’occupe des jardins des grands propriétaires depuis qu’elle a quitté l’Angleterre avec son mari, Freddie, à la fin de la guerre. Trixie ne comprend pas non plus l’obsession de sa mère pour les abeilles, et pourquoi elle les regarde s’affairer autour des ruches.

1937, l’Angleterre se prépare à la guerre, et la jeune Grace Hamblin est sur le point de se marier. Mais alors qu’elle est sur le point de s’engager avec Freddie Valentine, elle est déchirée entre cet amour de jeunesse et le superbe aristocrate qu’elle ne pourra jamais épouser, malgré son amour débordant pour lui. Le prix à payer pour faire le bon choix est énorme, et elle transporte sa douleur de l’autre côté de la planète, où Freddie, revenu gravement blessé de la guerre, amène également sa propre douleur, mais aussi un énorme secret.

 

Mon avis :

Au début de ma lecture j’ai eu quelques difficultés à rentrer dans l’histoire mais une fois deux ou trois chapitres lus j’ai été embarquée par le récit. L’histoire se passe entre deux époques : les années 1930 et les années 1980-1990. Même si j’ai aimé les deux périodes j’ai préféré celle qui se passe dans les années 30. J’adore les romans historiques et pouvoir me plonger dans une époque que je n’ai pas vécue. Dans les années 30 on suit Grace, qui vit avec son père qui est apiculteur et jardinier pour le domaine de la famille, Penselwood. La romance est au cœur du roman mais l’auteur fait évoluer le personnage de Grace qui devient une femme et qui veut s’émanciper de sa condition de fille au foyer. Elle a un père aimant qui l’aide à faire ce qu’elle veut. Pendant cette période la seconde guerre mondiale est présente dans le roman. On voit alors les femmes prendre la place des hommes aux champs, à la ferme etc.. Les femmes deviennent alors  indépendantes. On ressent aussi le malheur que cause cette guerre sur les familles, la vie du peuple mais aussi la difficulté pour les soldats d’être sur le front loin de leurs proches à risquer leur vie à chaque instant. Dans l’époque plus proche de la nôtre on suit Trixie, qui est la fille de Grace. Elle a un sacré caractère et se bat pour vivre ses rêves. Elle va partir à la recherche du passé de sa famille en découvrant des objets qui l’intrigue. Ce roman traite pour moi de l’émancipation de la femme au travers des deux époques où l’on peut constater de nombreuses différences. Il traite aussi de la dureté de la guerre, de s’adapter à une vie différente et de la différence entre les classes sociales. L’amour est omniprésent sans tomber dans la mièvrerie.

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé celui de Grace qui possède un caractère bien à elle. Elle est assez têtue et volontaire. Au début du roman elle est assez rêveuse mais pendant son évolution son caractère va devenir un peu plus secret et réaliste. Trixie est une femme pleine d’ambitions qui montre même un caractère féministe mais reste tout de même rêveuse, ce qui la rapproche de sa mère. Freddie, est un homme finalement assez mystérieux. On sait ce qu’il a vécu sans pour autant le connaître en profondeur. Je ne parlerai pas des autres personnages pour éviter les spoilers et laisser les lecteurs découvrir ce roman.

Concernant l’écriture je l’ai trouvée fluide et très agréable. J’ai été transportée par ce récit et les descriptions de l’auteur que ce soit concernant les deux époques mais aussi les paysages et la manière dont on s’occupe des abeilles et des fleurs. L’auteur différencie bien les classes sociales et le fossé qui les sépare. L’histoire m’a passionnée et j’ai été émue par la vie de ses personnages.

 

Comment le dire à la nuit – Vincent Tassy

comment le dire à la nuit

Résumé : la dame en noir vivait seule dans son château. Elle ne pouvait pas mourir. De tout ce temps qu’elle avait, elle ne faisait rien. Et puis, un jour, elle trouva sur son chemin le garçon aux cheveux blancs. Elle l’enleva. Elle voulait vivre une histoire. Une histoire d’amour et de nuit qui traverserait les siècles.

J’ai lu ce livre dans le cadre du PLIB 2019.
Malheureusement, je n’ai pas apprécié ce livre. J’ai dû en lire 15% (je l’ai lu en numérique ne le trouvant pas en papier au moment de ma lecture) mais je n’ai pas pu aller plus loin. Les destins croisés des personnages ne m’ont pas derangée c’est surtout l’histoire en elle-même. En effet, j’ai trouvé le début très sombre. J’aime la littérature gothique mais là j’ai surtout trouvé que c’était dérangeant,inquiétant et je ne me suis pas sentie à l’aise pendant ma lecture. De plus, je n’ai pas réussi à m’intéresser aux personnages. Je ne les ai pas trouvés attachants et je suis restée totalement extérieure à l’histoire. Vous l’aurez compris, la bonne lecture n’était pas au rendez-vous pour moi et j’ai préféré stopper ma lecture plutôt que de me forcer. Peut-être que ce n’était pas le bon moment de le lire pour moi.

Le dieu oiseau – Aurélie Wellenstein

le dieu oiseau

Résumé : une île, dix clans. Tous les 10 ans une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, vider et même dévorer leurs adversaires. Il y a 10 ans, Faolan,fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir et de participer à la compétition de « l’homme oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

Mon avis :
C’est mon premier livre d’Aurélie Wellenstein. J’ai lu ce livre dans le cadre du PLIB 2019.
Honnêtement, de moi-même, je ne pense pas que je me serai tournée vers ce livre.la compétition et savoir qui sera le gagnant me plait mais c’est la violence qui est décrite dans le résumé qui me freinait. Et malheureusement cela n’a pas loupé. Je n’avais pourtant pas relu le résumé avant ma lecture pour ne pas avoir d’appriori mais j’ai quand même eu dz nombreuses difficultés avec ce livre. La violence est omniprésente et par moments j’ai même dû survoler l’histoire parce que c’était vraiment compliqué. Je ne m’attendais pas à ce que tout soit détaillé autant et je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages.

ROUILLE – Floriane SOULAS

CVT_Rouille_5086

Résumé : Paris 1897. De nouveaux matériaux découverts sur la Lune ont permis des avancées scientifiques extraordinaires. Mais tout le monde n’en profite pas ! En dehors du Dôme qui protège le centre urbain riche et sophistiqué, le petit peuple survit tant bien que mal. C’est dans une maison close sur l’un de ces faubourgs malfamés qu’a échoué Violante, prostituée sans mémoire. Alors qu’elle se démène pour trouver son identité dans un monde dominé par les hommes et les puissants, sa meilleure amie disparait dans d’atroces circonstances. Contre la raison, la jeune femme décide de prendre part aux investigations…

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre à sa sortie. Je l’ai lu dans le cadre du PLIB 2019.

On suit Violante, jeune femme ayant perdu la mémoire qui est prostituée à Paris. Elle fait tout pour retrouver la mémoire. Elle va croiser sur sa route le comte de Vaulnay qui est assez mystérieux. J’ai trouvé l’histoire bien écrite et le côté un peu steampunk bien fait. Toutefois, j’ai trouvé l’univers un peu trop survolé pour un one shot. Pas assez d’informations sur l’univers inventé par l’autrice.

La planète des 7 dormants – Gaël Aymon

 

Résumé : Pour réparer leur vaisseau endommagé, des explorateurs spatiaux atterrissent en catastrophe sur une planète inconnue. La découverte de ruines d’une civilisation disparue ravive l’espoir de la capitaine : cette nouvelle planète pourrait-elle être habitable ? Mais une partie de l’équipage est prête à tout pour repartir au plus vite, malgré l’état du vaisseau… La rencontre soudaine avec un peuple primitif qui les prend pour des dieux, les Sept Dormants, les place devant un choix crucial : jouer les usurpateurs ou détromper ceux qui les accueillent ?

Mon avis :

Ce roman a un côté philosophique pour moi : la question de la place de l’Homme dans le monde et est-ce-que l’Homme possède tous les savoirs ? Ici, on rencontre une autre civilisation, une autre planète, un autre univers. L’Homme reste bien difficile à cerner et lorsqu’il se retrouve en terre inconnue il retrouve ses instincts primitifs. J’ai beaucoup aimé découvrir cet univers qui a aussi un côté poétique par moments. Surtout à travers le langage de certains personnages. Au final, j’ai eu des difficultés à savoir qui sont les gentils et qui sont les méchants. Le seul bémol que j’aurai à reprocher à ce roman c’est qu’il y a très peu d’actions. Même les moments charnières du romans sont racontés dans la narration comme si tout se passait très vite mais sans ce sentiment d’attente pour le lecteur. Il y a beaucoup de dialogues et de descriptions même si le livre est court cela permet d’être totalement ancré dans l’univers. Pour les lecteurs qui aiment les univers avec plein de rebondissements je ne pense pas que ce livre plaira. J’ai trouvé la fin un peu rapide mais le roman étant assez court cela se comprend. La fin amène des réponses à nos questions mais je ne m’attendais pas à cette fin.

J’ai aimé découvrir les personnages et surtout leur caractère bien distinct à tous. La barrière entre le bien et le mal est mince et il n’est pas rare de basculer d’un côté à l’autre rapidement. Difficile de savoir avec certitude si tel ou tel personnage est du côté des bons ou des méchants. Je ne me suis attachée à aucun personnage mais cela ne m’a pas dérangé car j’avais l’impression de découvrir une civilisation inconnue. J’ai compris certains de leurs comportements et d’autres m’ont parus absurdes. Malgré cela j’ai tout de même apprécié ma lecture.

Concernant l’écriture j’ai trouvé l’univers intéressant et travaillé. L’histoire se passe dans le futur mais un futur assez différent de ceux que j’ai l’habitude de lire. J’ai aimé découvrir une nouvelle planète, de nouvelles formes de vies, un langage inconnu… L’auteur ancre bien son récit dans cette civilisation. L’auteur joue avec le côté ambigu de ses personnages et fait douter le lecteur à chaque instant sur ce qu’il vient de lire.

En quelques mots : Un univers riche mais qui aurait mérité d’être plus développé. Ce roman a un côté poétique intéressant.

Les chevaliers Des Gringoles livre 1 : Les menhirs maudits – Erwan Ji – Papaya

Résumé : Bientôt, je participerai à un duel sur les Menhirs maudits. Si vous connaissez pas, c’est juste la course la plus dangereuse du monde. Tout ça parce qu’au collège de Cayou-des-Gringoles, un humain terrifiant l’a pris en grippe. C’est fou, non ? Comme diraient les humains, c’est la vie. Et comme on le dirait en zombi, Hjjlhhggllrfv. Traduction : « Euh, ça me paraît risqué, quand même, et j’ai un peu peur de faire dans mon pantalon. »

Mon avis :

L’histoire se passe sur une île. Wesley est un zombi. Il vient de déménager sur l’île avec ses parents. On suit alors son adaptation dans un nouvel endroit, sa nouvelle école et son quotidien. Ce roman jeunesse est agréable à lire. J’aime beaucoup les jeux de mots qu’emploie l’auteur comme pour New York dans le roman la ville est appelée « Nouille Ork ». De plus, il y a aussi de nombreuses expressions qui sont retranscrites autrement. Entre ces tournures de phrases et les paroles des personnages qui sont assez drôle on ne s’ennuie pas. J’ai trouvé l’histoire intéressante et assez originale, l’auteur met en avant des créatures et des caractéristiques humaines peu utilisées dans la littérature jeunesse.  Il y a plusieurs illustrations qui permettront aux enfants d’imaginer plus facilement les aventures des personnages. Ce premier tome est bien construit, certains secrets restent inconnus à la fin. L’aventure que vivent les héros est sympathique et plaira aux petits comme aux grands.

Concernant les personnages, j’ai bien aimé la personnalité de Wesley qui est un jeune garçon comme tout le monde mais pas facile de s’adapter aux humains lorsqu’on est un zombi. Ensuite il y a Gus qui adore faire rire son entourage. Léo, est assez secrète et je pense qu’on en apprendra plus sur elle ainsi que sa famille dans les autres tomes. Puis, il y a Drake, forcément il faut un méchant dans les romans. Toutefois, j’ai eu du mal à le voir comme véritablement mauvais je pense surtout que c’est les circonstances et son quotidien qui le rendent méfiant vis-à-vis particulièrement des jeunes de son âge.

Concernant l’écriture, je l’ai trouvée agréable, l’auteur joue avec la langue : jeux de mots, inventions etc… et cela plaira aux enfants. Toutefois, pour moi, les enfants ayant quelques difficultés en lecture et compréhension (dyslexie…) risquent de confondre certaines structures de phrases. J’ai trouvé aussi qu’il y avait un fond très intéressant autre que le côté fantastique : la différence. En effet, à travers le personnage de Wesley, l’auteur met en avant l’acceptation des différences entre enfants. D’ailleurs, il y a d’autres personnages qui se sentent différents mais je vous laisse les découvrir par vous-mêmes. Entre enfants, on n’est parfois plus dur que les adultes, moins tolérants. Tout le monde doit jouer aux mêmes jeux, s’habiller de la même manière … et là les différences poussent les leaders à se moquer ouvertement et gratuitement des différences. Ce roman montre que peu importe la société la différence est encore loin d’être totalement acceptée.

En quelques mots : Une lecture divertissante avec des personnages attachants et drôles. Un sujet important tel que la différence est au cœur du roman. Je lirai la suite avec plaisir.

Fille des cauchemars tome 1 – Kendare Blake


fille-des-cauchemars-tome-1

Résumé : Il s’appelle Thésée Cassio Lowood. Exterminer les fantômes, c’est sa mission. Elle s’appelle Anna Korlov, « Anna à la robe de sang ». Il traque, chasse, tue, sans remords. Elle extermine sans pitié ceux qui osent l’approcher. Pour lui, elle est une déesse de la mort ; pour elle, il n’est qu’une proie comme les autres. Pourtant, elle a décidé d’épargner sa vie..

Mon avis :

Ce livre est parfait pour la période d’Halloween d’où le fait qu’il soit enfin sorti de ma PAL !

L’histoire se passe à notre époque majoritairement au Canada (seul le tout début se passe ailleurs). L’ambiance est de mise pour une histoire assez effrayante. Cas, le surnom du personnage principal, est un chasseur de fantôme. Il les chasse depuis plusieurs années et pourtant il n’est qu’un lycéen. A Thunder Bay, ville où il déménage, il y a un fantôme qui sème la terreur mais qui surtout tue de nombreuses personnes qui osent s’approcher de la maison qu’il hante. Je dis il mais c’est une jeune femme qui hante la maison. J’ai beaucoup aimé l’ambiance pesante du roman, on ne sait pas du tout ce qu’il va se passer et j’ai plusieurs fois été très surprise par la tournure des évènements. Je ne m’attendais pas à certains rebondissements. Le devoir de Cas est le point central du roman mais il est aussi question de s’adapter à un nouvel environnement et de comprendre certains évènements.

Concernant les personnages, je ne parlerai que des deux principaux afin, comme je le fais la plupart du temps, de vous laisser le loisir de découvrir les autres si vous voulez lire le livre. Cas, est un jeune homme courageux. Je trouve que sur certains aspects il est un peu trop mûr pour son âge, mais, lorsqu’on en apprend plus sur son passé on comprend pourquoi il a mûrit vite. Puis il y a Anna, qui est très mystérieuse. Elle n’a que le rôle d’une proie mais j’ai trouvé très intéressant de découvrir sa personnalité et d’en apprendre plus sur elle.

Concernant l’écriture, l’ambiance est parfaite pour halloween. Pas trop effrayante pour ceux qui ont peur des romans très noirs mais tout de même on éprouve quelques frissons à certains moments. Surtout si vous lisez ce livre avant de dormir !

En quelques mots : Une lecture très prenante du début à la fin. Une ambiance parfaite pour halloween ! Il va falloir que j’achète le tome 2 bientôt