La troisième Miss Symons de Flora M. Mayor

miss symons

Résumé : « Pourquoi est-ce que les gens ne m’aiment pas ? » se demande Henrietta. Vilain petit canard d’une famille victorienne de sept enfants, dont elle est la troisième fille, Henrietta ne possède ni la beauté ni l’art de se faire aimer par les autres. Différente de ses frères et sœurs, elle ne s’entend pas avec eux. Elle trouve alors refuge dans un monde imaginaire, ce qui exacerbe son mauvais caractère et l’exclut un peu en éloignant d’elle les personnes qu’elle affectionne. Plus tard, alors que ses frères et sœurs sont mariés et ont des enfants, Henrietta va arpenter le monde en quête de quelque chose pour combler son manque affectif. Quel sera alors le destin de cette jeune fille dans une société où les femmes n’ont d’autre porte de sortie que le mariage et la maternité ?

Mon avis :

L’histoire se passe au XIXème siècle en Angleterre, deux éléments qui m’ont fortement poussée à l’acheter. Ici, il ne faut pas chercher une romance ou un roman habituel puisque l’auteur repousse les conventions. En effet, dans une société où toute jeune fille recherche le mariage ici le personnage principal ne le recherche pas vraiment. C’est un court roman (il ne fait que 128 pages) où l’on découvre une autre facette de la société victorienne. Une héroïne qui n’a rien d’une fille à qui l’on rêve de ressembler. Pour moi, le livre est bien trop court pour apprécier toute l’histoire. L’auteur veut décrire toute la vie d’Henrietta et elle est bien obligée de passer certains aspects et passages de sa vie sous silence. Je n’aime pas vraiment lorsque l’histoire est accélérée j’aime tout savoir sur la vie des personnage.

Le roman est surtout axé sur son héroïne Henrietta surnommée Etta puisqu’on la suit du début jusqu’à la fin de sa vie. Difficile d’avoir un avis sur elle j’ai aimé suivre sa vie et ses épreuves. Je l’ai trouvée attachante car son parcours m’a émue mais son caractère exécrable m’a exaspérée plus d’une fois. Concernant sa famille j’ai trouvé quelques ressemblances avec des personnages de Jane Austen notamment pour ses deux grandes sœurs qui sont de parfaites cruches et des filles sans valeur.

L’écriture du XIXème siècle est respectée avec l’utilisation des temps qui est très bien employée. Les dialogues sont parfois drôles et ironiques ce qui rappelle aussi Jane Austen. Pour la petite histoire Flora M. Mayor a été remarquée et éditée par Virginia Woolf (ce n’est pas rien !)

En quelques mots : Une agréable découverte mais bien trop courte pour être inoubliable. Je lirai avec plaisir d’autres œuvres de cette auteur.

Publicités

4 réflexions au sujet de « La troisième Miss Symons de Flora M. Mayor »

  1. Céline

    L’histoire m’intéresse mais je n’aime pas trop quand il y a si peu de pages : je trouve que tout va trop vite et/ou que l’on ne va pas assez en profondeur.
    Merci pour la découverte 🙂

    Répondre
  2. Jamestine

    Ta chronique est super :). Je n’avais jamais entendu parler de ce roman avant de le voir sur ton blog, donc merci de nous faire découvrir une lecture que l’on aurait pas eu le réflexe d’aller chercher ;).

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s