Archives pour la catégorie Classique

La dame à la licorne – Tracy Chevalier

sans-titre (5)

Résumé : Désireux d’orner les murs de sa nouvelle demeure parisienne, le noble Jean Le Viste commande une série de six tapisseries à Nicolas des Innocents, miniaturiste renommé à la cour du roi de France, Charles VIII. Surpris d’avoir été choisi pour un travail si éloigné de sa spécialité, l’artiste accepte néanmoins après avoir entrevu la fille de Jean Le Viste dont il s’éprend. La passion entraînera Nicolas dans le labyrinthe de relations délicates entre maris et femmes, parents et enfants, amants et servantes.

Mon avis :

J’ai lu ce livre en Lecture commune avec Fanny du blog Dans le manoir aux livres.

J’ai eu beaucoup de difficultés à rentrer dans l’univers du livre. Le début est très plat et je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire, à m’attacher aux personnages. Les descriptions du métier de lissier ne m’intéresse pas vraiment et les débuts sont assez laborieux, principalement le premier chapitre qui fait quand même presque 100 pages. Par contre une fois dans l’histoire et après avoir réussi à retrouver qui sont les narrateurs, car ils sont nombreux, j’ai vraiment bien aimé. On est loin du coup de cœur car je m’attendais à autre chose de plus prenant, une histoire qui bouge plus. Toutefois, j’ai aimé découvrir le côté historique avec la tapisserie de la dame à la licorne, ses nombreuses significations (et modifications) ainsi que sa confection. Les histoires qui en découlent avec les personnages m’ont aussi plu. Nicolas des Innocents est au cœur de ce roman. Il est en interaction avec tous les personnages et narrateurs du livre. J’ai beaucoup aimé découvrir les deux jeunes filles principales qui sont totalement différentes, et voir justement les oppositions entre leurs deux milieux. J’ai aimé aussi découvrir quelques aspects de la vie au Moyen-âge, une vie difficile avec un confort très primaire et ou la religion a une grande importance.

Concernant les personnages, le personnage principal est Nicolas des Innocents. Il est difficile à cerner, tantôt gentil, tantôt un vrai goujat. Au final mon avis sur lui est loin d’être positif. Un parisien comme certains se font l’idée (qui est loin d’être vraie pour la plupart !). Ensuite il y a Claude Le Viste, la fille de Jean le Viste. Je l’ai trouvée assez effacée, elle est une jeune fille qui a l’air de s’ennuyer, de ne pas savoir où est sa place dans la société aisée dans laquelle évolue sa famille. Elle veut faire ses propres choix ce qui n’est pas envisageable pour une jeune fille au Moyen-âge. C’est le père qui décide de tout pour l’épouse mais aussi pour les enfants. Pour finir il y a une autre jeune fille qui a un handicap, elle est le personnage que j’ai le plus aimé. Elle possède une différence qui est bien souvent un handicap mais pour elle c’est loin d’être le cas, d’ailleurs j’ai mis du temps à m’en rendre compte même avec les descriptions. Je l’ai trouvé très attachante, elle est volontaire, travailleuse et a ses propres opinions.

Concernant l’écriture j’ai trouvé que le début descriptif était beaucoup trop long. L’auteur met beaucoup trop de temps à mettre en place l’histoire et les personnages. J’ai failli abandonner et heureusement que Fanny m’a dit de m’accrocher.

En quelques mots : Une agréable lecture mais un début bien trop lent. Ceci est notre deuxième roman de Tracy Chevalier, j’espère que le prochain sera meilleur !

Publicités

Loin de la foule déchaînée – Thomas Hardy

9782352877295

Résumé : Ayant perdu toutes ses bêtes par la faute d’un chien mal dressé, le jeune berge Gabriel Oak se trouve ruiné. Le voilà réduit à trouver du travail dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie. Il ignore qu’elle appartient à Bathsheba Everdene, une jeune femme venue s’installer au pays avec sa tante… et qui a repoussé ses avances avec hauteur.

Sans un regard pour Gabriel, la belle héritière est convoitée par un exploitant, William Boldwood, mais aussi par son rival, le fringant sergent Francis Troy – sans savoir qu’une domestique est enceinte de ses œuvres. Quel espoir l’honnête Gabriel pourrait-t-il encore nourrir ? A peine s’il compte sur la folie des hommes pour lui ouvrir le cœur de Bathsheba… Finira-t-elle par reconnaître que le plus digne d’elle n’est pas de sa condition ?

Mon avis :

Je me suis penchée sur ce roman qu’en apprenant la sortie du film. Je l’ai lu avec une amie et toutes les deux ont étaient tellement impatientes de voir le film qu’on s’est précipitées pour le voir dès sa sortie, même si notre lecture était loin d’être finie !

L’histoire dès le début est passionnante. On suit la vie de Bathsheba et on la voit évoluer, changer et prendre des décisions. Elle passe de jeune femme à femme. J’ai aimé découvrir la gérance d’une ferme de cette époque, il y a des détails et de nombreuses descriptions mais cela ne m’a absolument pas dérangée et au contraire j’ai vraiment tout aimé du début à la fin dans ce roman.

Concernant les personnages j’ai beaucoup aimé Bathsheba, même si par moments elle m’énervait à ne pas prendre la bonne décision, c’était le but certes, il faut qu’elle évolue et ce sont les erreurs que l’on fait qui nous permettent d’évoluer. Bathsheba a du caractère et ne se laisse pas faire, pour une femme du XIXème siècle c’est assez peu courant et j’ai adoré cet aspect-là. Ensuite il y a mon gros coup de cœur du roman, Gabriel Oak, un fermier adorable, gentil, très travailleur et beau (oui bon dans le film j’ai légèrement craqué sur lui..). Comment ne pas l’aimer ? Il faut tout pour aider Bathsheba et il laisse même ses propres désirs de côté, un homme comme on aimerait toutes en rencontrer. William Boldwood, est un homme riche qui a la tête sur les épaules (il est plus âgé aussi il a la quarantaine il me semble). J’ai bien aimé son personnage même si je l’ai trouvé difficile à cerner. Et pour finir il y a le sergent Francis Troy, dès que je l’ai rencontré dans le roman il m’a fait penser à Willoughby dans Raison et Sentiments de Jane Austen et je n’arrivais pas à m’enlever cette idée de la tête. Je ne peux pas dire que j’ai aimé son personnage car ce serait mentir, même si pour certains côté il est plus humain que Willoughby.

Concernant l’écriture, je précise que j’ai lu une traduction, j’ai adoré. Les descriptions permettent de bien s’imaginer les lieux, les vêtements etc.. Les dialogues permettent une immersion totale dans ce siècle et à aucun moment je ne me suis ennuyée. J’ai trouvé ce roman plus abordable que Tess d’Urberville du même auteur, même si je l’ai beaucoup aimé. Loin de la foule déchaînée est pour moi un gros coup de cœur !

En quelques mots : Un énorme coup de cœur pour ce roman que j’ai dévoré et adoré du début à la fin. A aucun moment je ne me suis ennuyée, toute l’histoire est intéressante ainsi que les personnages. Les fans du XIXème siècle devraient l’aimer à coup sûr !

 

Prodigieuses créatures – Tracy Chevalier

 

prodigieuses-creatures,M121124

Résumé : Dans les années 1810, à Lyme Régis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » qui remettent en question les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte à la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes. Elle trouve une alliée en Elizabeth Philpot, vieille fille intelligente et acerbe qui l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double de rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme.

Mon avis :

Cela fait maintenant quelques années que j’avais envie de découvrir cette auteure, j’ai acheté ce livre aussi parce que sur la quatrième de couverture Jane Austen est mentionnée (et vous savez que j’ai du mal à résister à cet appel !). Mais le livre est resté longtemps dans ma PAL puis avec Fanny du blog Dans le manoir aux livres, on a décidé d’en faire une LC.

Dès le début du livre j’ai été happée par l’univers assez particulier de l’auteur. J’ai l’habitude de livres des livres du XIXème siècle mais la plupart se passent à Londres ou mélangent des histoires de cœurs avec d’autres sujets. Ici, c’est la découverte scientifique qui prédomine. On y découvre aussi un mélange avec l’envie de l’auteur de mêler différentes classes sociales. Deux récits se superposent, celui de Mary Anning, jeune fille vivant dans un milieu pauvre où trouver à manger est une remise en question tous les jours, et Elizabeth Philpot, qui même si elle n’est pas riche, n’a pas besoin de travailler mais peut être oisive. J’ai aimé ce mélange de récits qui montrent les différences de ces deux classes sociales mais aussi les ressemblances, comme quoi l’amitié n’est pas forcément affaire d’argent. Les découvertes scientifiques sont au cœur du roman et j’ai adoré découvrir en même temps que les personnages des fossiles qui pour elles, au XIXème siècle, sont totalement abstraits. L’auteur a voulu nous faire découvrir une face cachée du XIXème siècle ou les femmes commencent déjà à rêver d’indépendance, d’une position plus avantageuse et de pouvoir être reconnues en dehors du mariage. Finalement, on peut dire que ce roman a un côté féministe mais il s’agit avant tout d’un roman sur une amitié liée grâce à des fossiles.

Concernant les personnages, il y a Mary Anning, qui est une jeune fille illettrée mais qui est une spécialiste des fossiles, pas en étudiant mais en allant chaque jour sur le terrain. Elle est parfois un peu bourrue mais elle a un cœur en or, et peut-être même trop… Il y a ensuite les sœurs Philpot (je ne parlerai que des trois sœurs présentes dans le roman). Elizabeth qui est la seconde sœur, est la deuxième narratrice. Elle est très indépendante et se moque du « qu’en dira-t-on ». Elle est passionnée par les fossiles aussi et ne rêve que de liberté, elle se bat in peut inconsciemment pour la place de la femme. Il y a l’ainée des sœurs, Louise, qui est plus discrète, elle aime la nature et surtout les fleurs. J’ai eu beaucoup de mal à la cerner mais j’ai fini par l’apprécier. Puis, il y a Margaret (elle me fait penser à Margaret dans le roman de Jane Austen Raison et Sentiments). Elle rêve de se marier, les bals sont sa passion ainsi que les robes. La parfaite petite demoiselle. Ce que j’ai aimé aussi dans ce roman c’est qu’on suit les personnages sur de nombreuses années et donc on les voit évoluer au fil du temps.

Concernant l’écriture, même s’il s’agit d’une traduction j’ai beaucoup aimé les descriptions ainsi que les dialogues. Tracy Chevalier met en avant la condition de la femme au XIXème siècle face à un milieu totalement masculin (les sciences) mais aussi les différences entre les classes. Les dialogues sont très intéressants et oscilles entre ironie, plaisanterie et gravité.

En quelques mots : Un roman que j’ai beaucoup aimé et qui me (je dirai même nous avec Fanny ^^) donne envie de découvrir les autres romans de l’auteur.

Vous pouvez trouver l’avis de Fanny en cliquant ici

6cue

Lu dans le cadre du Challenge XIXème siècle de Fanny.